L'escalade du sommet fut délicate, avec un terrain très gras.
On est alors de retour à maison a vendre trois rivieres ouest remax la voiture et la randonnée s'achève.
Après mûre concertation, on décide daller vérifier au bulletin météo à loffice.
Arrivée aux ruines de Bonnard.Au centre on verrait probablement l'Aiguille d'Argentière sans les nuages.Redescente vers la bergerie de la Grande Charmette.Le fond de la vallée qui arrive au Col du Galibier.Renoncer une fois de plus, avant même de partir, ou tenter, quitte à devoir rentrer en courant?Retour vers la route du Col du Galibier, où l'on est garé.Le pont se trouve un peu plus loin (on le devine).Il y a même une plage, qui ne se compose certes pas de sable fin.Les pelouses sont vertes, colorées de soldanelles, de pensées, de gentianes printanières, d'anémones, de gentianes acaules: un régal.Quand cette vire s'arrête, il faut monter la pente où herbe et éboulis se mêlent.Au passage, on admire les quelques traces de virages de ski ou de snow qui subsistent : ils ont du prendre leur pied aussi.Comme indiqué dans la description de la photo précédente, il faut prendre la vire qui se dirige vers la cheminée en pierre.La descente restera un plaisir rare : faire de la ramasse pendant un long moment, cest quand même mieux que de le faire un pied devant lautre!Arrivée au passage "évident".
Itinéraire à suivre, on commence donc à partir du tournant à la sortie de Bonnenuit, juste après la barrière qui ferme de Col du Galibier en hiver.




Voilà pour lessentiel, place aux photos (Crédits photos: Valloirin/Gaufre).Nous labordons avec un certain plaisir, retrouver en été cette blancheur rappelle forcément de bons souvenirs hivernaux.La Haute Paré est sur notre droite.La Haute Paré est donc réellement un îlot de solitude au milieu du fourmillement de fond de vallée, beaucoup plus accessible que l'Aiguille d'Argentière, les Pointes d'Orient ou le Pic des Trois Evêchés.Le passage entres les deux portions de falaises.On prend notre courage à 2 mains et on le laisse pas filer, on réembarque dans les tas de tôles et on file droit vers les cimes.En gros bourrin que je suis, jai voulu la jouer trace directe dans la pente : en plus dêtre franchement physique, cétait technique: bref à éviter, ou bien en connaissance de cause.En haut de la pente, le sommet est alors juste de l'autre côté de la très courte arête rocheuse que l'on voit en bas au centre de la photo.Parvenu au camp des Rochilles qui, lui aussi, avec les Aiguilles à larrière-plan, vaut la photo, il ne reste quune demi-heure de marche au pied du Pic de lAigle où Gabriel Julliard, fondateur de la station, a trouvé la mort, soi-disant lors dun accident.Pour s'y rendre, il va donc falloir faire preuve d'inventivité.Et le ski de bonne qualité compte tenu des fortes chaleurs de cette dernière quinzaine.
Lattente valait le coup assurément, nous en sommes persuadés : la pluie a cessé, les nuages se font moins oppressants, bref la réalité saccorde enfin (un peu) avec les prévisions de madame Irma euh oups de Météo France pardon.
Conditions de neige, très bon regel nocturne.





Voilà tout ce que vous pourrez découvrir en suivant Azize aux Trois Lacs.
Après avoir quitté le fond de la vallée, la piste serpente dans la montagne.
Et  en plus, vous aurez rendez-vous avec lhistoire, du règne de Louis XIV au cours duquel le maréchal de Berwick a fortifié le col de la Plagnette, au, où lattaque des Italiens envoyés par Mussolini a été un échec total.

[L_RANDNUM-10-999]